Traits d'humeur, regards d'ailleurs

Les illustrateurs

Adjim danngar (achou)

Dessinateur de presse et auteur de BD, cet artiste de 27 ans, est originaire du Tchad. Il suit une formation de bédéiste à l'Atelier Bulles du Chari de N’Djamena, où il réalise ses premiers dessins de presse pour le journal satyrique Le Miroir puis pour la revue culturelle Rafigui. Achou saisit cette opportunité pour y dénoncer les dérives du gouvernement tchadien. En 2003, pourtant conscient des risques encourus et mu par une volonté effrénée de faire éclater la vérité, il s'attaque à des sujets tels la guerre du Darfour ou les trafics frauduleux impliquant la famille du président Idriss Deby Itno. Les représailles sont immédiates: injures, menaces jusqu'aux violences physiques.

Contraint à l'exil, il quitte le Tchad pour la France en 2004. Après six mois d'errance artistique, il trouve un support de communication au sein de l’ association L'Afrique Dessinée qui regroupe scénaristes et dessinateurs de tous horizons oeuvrant pour la promotion de la bande dessinée africaine

http://adjimdanngar.wordpress.com/

achou

ahmed Mesli

Le pinceau d'Ahmed Mesli est guidé par son instinct. Il affirme n'avoir suivi aucun cours théorique ni technique dans le domaine artistique. Depuis l'enfance, il dessine en suivant son âme de poète, inspiré par les textes du chanteur Lounis Ait-Menguellet et les splendeurs des paysages de sa Kabylie natale.

Né en 1960 en Algérie, Ahmed Mesli expose pour la première fois à l'âge de quarante ans. Ses dessins et croquis retiennent l'attention d’organes de presse et le conduisent à collaborer avec les journaux algériens Racines ou Algérie Hebdo. Le climat d'insécurité omniprésent en Algérie, notamment pour les artistes et les intellectuels pousse Mesli à quitter sa terre pour s'exiler en France.

La Maison des journalistes où il est accueilli en 2004, lui permet de poursuivre son travail de dessinateur de presse. Il s'attaque à des sujets d'actualité concernant essentiellement l'inégalité sociale, l’immigration ou l'exploitation des pays pauvres. Son style poétique confère à ces productions une sensibilité incisive qui renforce la portée du message, au-delà de l'aspect humoristique.

www.mesli-a.kazeo.com/

Kianoush Ramezani

Dessinateur de presse, journaliste et militant iranien, Kianoosh publie ses dessins de presse à partir de 1993 dans Naghsh-e-Ghalam et Haatef, magazines hebdomadaires iraniens et dans Humour et Caricature, magazine mensuel de Téhéran ou Jam-e-Jam, grand journal iranien. Il a participé à des expositions en Iran et dans d'autres pays comme l'Italie, la Belgique, le Japon, la Chine... En 1997, il crée la première association de dessin de presse, la Guilan Province Association of Cartoonists. De 2003 à 2009, Kianoosh est "Leader iranien affilié" au CRN ou Cartoonists Rights Network International, organisation humanitaire internationale s'occupant de la liberté́ d'expression et des dessinateurs éditorialistes dans le monde et il organise la FECO Iran, Fédération Internationale des Organisations de Dessinateurs de Presse, en Iran de 2003 à 2006.
Suite aux é́lections de juin 2009 en Iran et à la répression, il est réfugié́ politique en France depuis le 1er dé́cembre 2009 en raison de ses dessins pour le mouvement vert iranien et de son appartenance au CRN en tant que "leader affilié́". Il a aussi travaillé́ avec Jaras, journal politique virtuel appartenant aux ré́formistes islamiques iraniens aux Etats-Unis, travail interrompu en raison de la censure imposé́e à ses dessins sur la peine de mort en Iran. Hébergé́ depuis son exil à̀ la Maison des Journalistes à̀ Paris, il continue de dessiner pour deux journaux politiques et humanitaires virtuels perses basé́s aux Etats-Unis : Gozaar , journal des é́ditions Freedom House et Roozoshab. Depuis Juillet 2010, il est membre du groupe international Cartooning for Peace cré́é en France par Plantu et aussi militant humanitaire et dessinateur en France pour l'ECPM- Ensemble contre la peine de mort.

 

vial
mesli

Nicolas Vial

Peintre, dessinateur de presse et illustrateur, Nicolas Vial a fait ses études à l’Ecole Nationale des Arts Appliqués et des Métiers d’Arts, et à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Né en 1955, il vit et travaille à Paris. Depuis 1982, il dessine pour Le Monde, et de nombreux autres journaux, magazines revues, comme Le Journal du Dimanche, l’Express, le Nouvel Observateur, Le Temps, ou encore Connaissances des Arts.

Il réalise également des affiches et des illustrations pour l’édition, la presse d’entreprise et le cinéma. Il est l’auteur de plusieurs livres pour enfants et a été dessinateur officiel de la Mission Française pour l’an 2000. Il a crée cinq timbres pour la Poste.

www.nicolasvial.com

vial

Samuel daÏna (samy)

Samy, autodidacte tchadien de 27 ans, commence sa carrière à 17 ans en travaillant pour le journal politique N’Djamena-bihebdo. Mais ses dessins déplaisent fortement aux autorités tchadiennes, ce qui l’amène à fuir le pays. Il arrive en France en mai 2008 où il est accueilli à la Maison des journalistes.

Dans L'Oeil de l'exilé, le journal de la Maison des journalistes, il laisse libre court à son imagination, fustigeant les politiques dans des caricatures où l'humour n'a d'égal que la singularité de son style. Mais Samy ne veut pas seulement interpeller en amusant : pour lui, la fonction du dessin de presse est surtout d'éveiller les consciences. En novembre 2008, il reçoit le premier Prix d’un Festival italien récompensant les dessinateurs de presse sur le thème de l’immigration.

http://samydaina.over-blog.com/

samy